Reviews

Ballets Trockadero : L’homme est une danseuse comme les autres!

Caroline Stefani, Monaco Actualite
Posted on

Pointes, pirouettes, portés… Les virtuoses qui composent les Ballets Trockadero ont prouvé que la gent masculine n’est pas ridicule en tutu et que la grâce se conjugue au masculin. Au cœur du Monaco Dance Forum, ces professionnels ont démontré que le ballet classique peut se la jouer comique. Rires et prouesses en cascade ont charmé les locataires de la salle Garnier…

De longs cils, des paupières colorées et des corps moulés dans des collants blancs et des corsets pailletés. Pour l’instant, rien de surprenants pour des danseuses. Mais en y regardant de plus près, on s’aperçoit que nos ballerines arborent une étonnante pilosité. Coup de cœur pour Joshua Grant alias Katerina Bychkova, une ballerine de 2 mètres de hauteur au menton proéminant. Malgré les dorures de la salle Garnier et son côté solennel, impossible de garder son sérieux : ces demoiselles aux mâchoires carrées ont autant de testostérone que de talents et le résultat de leur transformation est 100% désopilant ! Dès les premières notes de musique, leurs corps se mettent en mouvement et c’est parti pour deux heures de show où les prouesses techniques flirtent avec l’humour. Succession de pirouettes, de grands sauts et de jetés entrelacés, ils flottaient dans les airs et semblaient défier la gravité. Côté humour, nos ballerines matérialisent les petits tracas de la vie d’artiste : coup de cœur pour le partenaire, jalousie ou petite chute… Tout y passe ! Au total, 18 danseurs se partagent la vedette au fil des tableaux. Ils enchainent les figures et les chorégraphies avec une aisance désarmante et une joie qui se lit sur leurs visages. Expressifs et communicatifs, leurs regards vous entrainent dans leur univers. Né en 1974 à Broadway, cette troupe s’est produite à l’origine dans les late-shows donnés dans les minuscules lofts de Manhattan. L’idée ? Présenter une vision amusante des ballets classiques traditionnels sous forme d’une parodie. Deux ans après leur création, les ballets Trockadero deviennent professionnels. Aujourd’hui, ses membres sont tous issus de grandes écoles et de compagnies prestigieuses. Résultat : ces hommes en corset font le tour du monde et charment des salles combles !

Claude Gamba alias Collete Adae

Un Niçois se cache sous le maquillage…

Pour l’une des ballerines, Claude Gamba dit Colette Adae, ces représentations au cœur du Monaco Dance Forum avaient une saveur particulière. Le jeune homme, né à Nice est un ancien danseur des Ballets de Monte-Carlo : « Je ressens un peu plus d’excitation avant de monter sur scène. Je suis Niçois et ce soir je me produis chez moi, sur une scène que je connais » Mais les premières fois, il jouait sans maquillage. La famille, les amis, anciens collègues : tous seront là pour l’encourager. Il le sait et s’en réjouit d’avance. Comment est-il devenu l’un des danseurs de la troupe Trocadéro ? « J’ai été fasciné et surpris de voir des garçons danser sur pointes. Faire ça aussi bien que les filles et sur un répertoire classique. Et je voyais qu’ils s’éclataient sur scène ». Et un jour, par hasard, il tente de faire des pointes. Claude réussit à se dresser sur le bout de ses pieds et décide de faire partie de l’aventure. Il passe une audition, prend des cours avec la compagnie et se lance. C’est aussi simple que ça et voilà 5 ans qu’il est l’une des ballerines de Trockadero et qu’il s’éclate sur scène. Après ces deux représentations, les ballerines vont reprendre la route et partir amuser les passionnés de ballets et novices de la danse un peu partout sur le globe. Si vous n’avez pas eu la chance de les découvrir sur scène, rassurez-vous : un dvd est en vente !